logo

Portfolio

translation into English yet to come, sorry for the inconvenience…

 

La façon dont je représente le paysage traduit une double terreur : un regard anxieux sur une nature altérée, malade des activités humaines ; mais aussi paradoxalement, celle d’une nature vierge hostile, où la survie humaine dépend d’artefacts tels que des outils ou des armes.

J’explore, fasciné, la proximité du banal et du sublime. Kant dit que le sublime est “un plaisir mêlé d’effroi”. Ce sentiment quasi mystique me quitte rarement, je pense que la contemplation d’une œuvre plastique, tout comme la prise de vue, sont des activités proches de la méditation.

Plus que tout, j’aime voyager, en avion, en voiture… la hauteur et la distance me fascinent. J’essaie de transcrire le désir et la terreur d'un impossible voyage vers les confins du monde. D’ailleurs qu’y trouverais-je que je ne sache déjà ?

Je représente le paysage à la chambre, dans une approche frontale empruntant à l’école de Düsseldorf autant qu’à la peinture romantique.